Page 1 of 5 12345 LastLast
Results 1 to 30 of 143
Like Tree8Likes

Thread: Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

  1. #1
    Skilled Psychonaut bozzo's Avatar
    Join Date
    2012 May
    Posts
    138

    Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Du au fait de plusieures demandes,voici un bon tuto,pour apprendre a reconnaitre la quasi intégralité des bactéries et moisissures que l'on peu rencontrer dans nos cultures.




    Contaminations courantes des cultures
    Ce document est une traduction d’un texte trouvé sur Shroomery, vous trouverez l’original à cette adresse : Shroomery - What are common contaminants of the mushroom culture?
    Quelques liens ont été ajoutés par rapport au document d’origine de manière à mieux comprendre certains points techniques. Il y en a en anglais et d’autres en français. D’autres ont été supprimés car les pages n’existent plus.
    Le paragraphe définition a également été rajouté de manière a expliquer en quoi consiste les phase I et II du compostage, thème souvent évoqué dans ce document.
    J’ai essayé de traduire ce texte le plus fidèlement possible, cependant de part la technicité du document j’ai pu commettre des erreurs, je vous remercie de m’en faire part si vous en rencontrez.
    >GuGus (26/08/2006)<
    Tache Humide; pourriture Aigre - Bacillus sp.
    Dans les pots de grains on rencontre couramment le Bacille qui survit parfois au processus de stérilisation. D’un gris terne et gluant comme de la morve brunâtre et caractérisé par une forte et immonde odeur, décrite par différentes personnes comme une odeur de pommes pourries, de chaussettes sales ou encore de bacon brûlé. Le Bacille fait apparaître les grains non colonisés extrêmement humides, d’où le nom « Tâche humide ». Ce contaminant se caractérise par une couleur très pâle avec les bords blanchâtres entre les grains. Le Bacille se reproduit par division cellulaire simple. Dans des conditions environnementales défavorable, notamment la chaleur, cette bactérie est capable de développer une structure particulière : l’endospore. Cette cellule en dormance, à paroi épaisse, résiste alors à la chaleur et aux produits chimiques.
    La méthode la plus simple pour éliminer cet endospore est de tremper les grains pendant une période de 12 à 24H avant la stérilisation. Les endospores s’ils sont viables germeront durant ce délai et deviendront sensible à la procédure de stérilisation classique. Aucun autre endospore ne se formera dans l’environnement humide du pot.
    Tâche bactérienne - Pseudomonas tolaasii (P. fluorescens)
    Des lésions jaune/marron se forment sur le champignon. Typiquement son apparition survient sur les bords des chapeaux du champignon. La tache se forme quand les champignons restent humides pendant une durée de 4 à 6 heures ou plus après que l'eau a été vaporisée. La bactérie se déplace dans les grains de poussière aéroportés. La solution est de diminuer l’humidité et de vaporiser avec une solution chlorée à 150 ppm. Si les champignons restent humides alors le chlore aura peu d’effet puisque les bactéries se développent à un rythme qui neutralise l’effet de l’agent oxydant. Les chapeaux des Shiitake sont infectés par ne bactérie causée par Pseudomonas gladioli (Burkholderia gladioli). Le respect des procédures de stérilisation est un point essentiel pour réduire les risques de contamination.
    Moisissure toile d’araignée Dactylium (Hypomyces sp.)
    Un Mycélium cotonneux se forme à la surface du substrat. Lorsqu’il entre en contact avec un champignon, celui-ci est entièrement recouvert d’un fin voile mycélien et provoque un léger moisissement du champignon. C’est un parasite naturel des champignons sauvages. Cette moisissure est plus sombre que le mycélium, plutôt gris que blanc. La différence n’est pas évidente pour ceux qui n’en n’ont jamais vu avant.

    Il existe d’autres indices indiquant une contamination, notamment la vitesse de croissance. Une petite tâche de la taille d’un dixième de dollar colonisera un pot en un ou deux jours seulement. La moisissure « toile d’araignée » a un réseau de mycélium très fin tandis que celui du champignon est beaucoup plus épais. Une humidité trop importante favorise l’apparition de la moisissure « toile d’araignée ». Diminuer l’humidité ou augmenter la circulation d’air réduit les risques de contamination.
    Moisissure verte Trichoderma harzianum, T. viride, T. koningii
    La moisissure verte est causée par Trichoderma harzianum, elle se caractérise par un mycélium agressif blanc qui se développe à la surface de l’enveloppe ou sur le champignon et provoque une légère décomposition. Finalement c’est lors de la sporulation qu’il prend sa couleur verte. Les parties lourdement infestées deviennent infécondes. Aux Etats-Unis c’est actuellement la maladie la plus répandu. Plusieurs cultivateurs étendent du sel sur les parties de compost affecté dès que celui-ci est reconnu. Une désinfection rigoureuse est primordiale.
    Nettoyage des étagères, des murs, du sol etc.…. Il existe plusieurs produits pour nettoyer ces surfaces. Les ingrédients de base de ces produits sont le chlore, l’iode, phénol ou l’ammonium. D’autres espèces de moisissure vertes existent mais elles ne semblent pas être aussi agressive que
    Trichoderma harzianum. Ces espèces de Trichoderma sporulent également à la surface de l’enveloppe ou sur le champignon infecté. Ces moisissures indiquent que les hydrates de carbone sont disponibles. T. viride produit des toxines qui dissolvent la surface cellulaire du champignon. Un compost faible en ammoniac avant la pasteurisation, les mouches, une mauvaise hygiène, un milieu pauvre en oxygène et d’autres facteurs influence l’apparition de la moisissure verte. Ces moisissures sont fréquentes dans la sciure de bois et surviennent fréquemment dans la culture des champignons.
    Trichoderma est souvent confondu avec penicillium ou aspergillus (et vice versa) les trois étant très similaires et identifiable seulement sous microscope.
    Les photos ci-dessous montre ces trois types de contamination.
    Plus d’info:
    Moisissure brune/cannelle - Chromelosporium fulva (Peziza ostrachoderma)
    La couleur de cette moisissure s’étend du jaune or au brun cannelle. La croissance est rapide en tâches circulaires. Elle est très commune dans le sol et fleurit sur du bois humide. Les zones du compost dont la température a été trop importante durant la période d’incubation peuvent être contaminées. Le compost incorrectement conditionné soutiendra également la croissance mais généralement il colonisera un compost excessivement pasteurisé celui-ci se développant certainement sur des microorganisme mort. Il apparaît fréquemment sur les composts stérilisés. Des fruits peuvent apparaître après plusieurs semaines. Les spores sont aéroportées.
    Moisissure « rouge à lèvres » Sporendonema purpurescens (Geotrichum candidium)
    Cette moisissure colonise le compost et la couche de gobetage. Jusqu’à ce que les spores soient mûres le mycélium passe du blanc au rose, puis au rouge cerise et devient finalement orange terne. La croissance est lente. Les spores se déplacent dans l’air au moment de l’arrosage ou de la cueillette. Cette moisissure se nourrit de certaines graisses présentes dans le compost. C’est un problème rare. La stérilisation permet de lutter efficacement contre ce problème.


    Moisissure rose ou moisissure rouge du pain- Neurospora
    Habituellement rencontré sur les cultures sur grains ou sur agar. Neurospora à une croissance rapide ne prenant que 24 H pour coloniser entièrement une boite de pétri. Il est omniprésent dans la nature sur les excréments, le sol et sur les végétaux en décomposition. Etant donné que ce contaminant est capable de se déplacer à travers le coton ou les filtres de protection, un seul pot contaminé peut contaminer les autres se trouvant dans votre lieu de culture. C’est encore plus probable si le coton ou les filtres sont humide ou si l’humidité ambiante est élevé. De plus les spores de Neurospora germent plus facilement à des températures élevées.
    Dans la culture des champignons la moisissure rose s’appelle Neurospora sitophila un contaminant pernicieux qu’il est difficile d’éliminer. Toutes les cultures affectées doivent être sorti dès que possible du laboratoire et détruite. Un nettoyage minutieux de votre pièce de culture est primordial. Si la contamination persiste, jeter toutes vos cultures en cours et recommencer.
    Sepedonium moisissure jaune - Sepedonium spp
    Cette moisissure blanche éparse se développe dans le compost durant la phase d’incubation.
    En vieillissant elle devient jaune terne puis s’assombrit. Les spores sont aéroportées. Les spores a paroi épaisse peuvent résister à une chaleur importante. Le compost est un milieu idéal pour qu’elle se développe.
    Moisissure noire poilue Doratomyces spp
    Cette moisissure produit des spores poudreuses qui apparaissent comme de la fumée lorsqu’on la touche. Cette moisissure indique la présence de certains hydrates de carbone dans le substrat pendant la période d’incubation. Il indique que la paille a été transformée insuffisamment où que la température adéquate n’a pas été atteinte lors de la phase I du compostage (les hydrates de carbone sont alors sous une forme facilement utilisable). Les proportions d’hydrate de carbone, notamment la cellulose sont trop importante.
    Cette moisissure noire poilus est également présente lorsque le compost a été exposé à une température trop haute pendant la période d’incubation. Les hydrates de carbone simple sont utilisés par ce champignon mais il peut également utiliser la lignine. Doratomyces, Aspergillus, et Penicillium produisent un nombre important de spore et peut causé des problèmes respiratoires (irritation de la gorge et du nez et difficulté respiratoire, etc.)
    Moisissure bleu verte - Penicillium spp.
    Des spores bleu-vert abondantes sont produites à la surface du substrat. Aspergillus est similaire. Les conditions de croissance sont quasiment identiques à celle de la moisissure noire poilue. Penicillium spp. Utilise des hydrates de carbone simple comme la cellulose, l’amidon, la graisse et la lignine. Ces moisissures sont très courantes dans la culture des champignons et c’est le problème principal dans la culture sur grain et sur agar. Les spores sont aéroportées et omniprésentes.
    Moisissure noire (voir jaune et autres) - Aspergillus sp
    Très commune avec la culture sur grain, sur agar et dans la fabrication de compost. On la retrouve sur la plupart des substrats organiques. Aspergillus préfère un PH neutre ou légèrement basique. Le bois est un habitat fréquent pour ce polluant à l’intérieur des maisons. Cette espèces a une gamme de couleur allant du jaune au vert jusqu’au noir. La plupart du temps Aspergillus est verdâtre et est semblable au Penicillium.
    Aspergillus Niger,
    comme son nom l’indique est noir;
    Aspergillus Flavus est jaune;
    Aspergillus clavatus est bleu-vert;
    Aspergillus fumigatus est vert grisâtre
    et
    Aspergillus veriscolor peut-être de plusieurs couleur (verdâtre, rosâtre, jaunâtre)

    Cette moisissure comme beaucoup d’autres change de couleur et d’apparence suivant le substrat sur lequel elle pousse. Plusieurs espèces sont thermophilique (Organisme dont la température optimale de croissance est supérieure à 45 °C)
    Certaines espèces d’Aspergillus sont toxique. Aspergillus flavus, une espèce jaune à vert jaunâtre, produisant des aflatoxines mortelles. (Découverte en 1960 en Angleterre, l'aflatoxine est une mycotoxine produite par des champignons proliférant sur des graines conservées en atmosphère chaude et humide. Elle est nuisible aussi bien chez l'homme que chez l'animal, et possède un pouvoir cancérigène élevé) A. flavus se développe sur les graines d’arachides ou tout autre graine riche en huile, stocké dans les endroits chaud et humide. De toutes les toxines biologiquement produites, l’aflatoxines est l’élément cancérigène le plus puissant jamais trouvé. La toxicité de cette espèce était quasiment inconnue jusqu’en 1960 ou 100 000 dindes furent atteintes de cette maladie, en Angleterre. Depuis on s’est aperçu que A. Flavus peut se développer sur tous les types de grains, cette espèce peut causer de gros souci au producteur de champignon. La manipulation de toute les moisissures et surtout celle du genre Aspergillus doit se faire avec beaucoup de précaution par les cultivateurs de champignon.
    Aspergillus fumigatus et Niger Aspergillus, deux mésophiles thermotolérant (Ce terme s'applique, par exemple, aux bactéries qui vivent dans des conditions moyennes de température,entre 15° C et 40° C, ou à des plantes qui vivent dans des conditions moyennes d'humidité ou de pH des sols). sont eux aussi pathogènes pour l’homme a des concentration importante. Cette maladie se nomme Aspergillose ou maladie du cultivateur de champignon.
    Chapeau noir d’encre - Coprinus spp.
    C’est un signe évident d’ammoniaque disponible dans le compost. L’ammoniaque semble est une source d’azote. Le fin chapeau gris est digéré rapidement. Les chapeau noir d’encre sont un signe d’un surplus d’azote dans le compost ou une mauvaise gestion de la phase II du compost. Si il y a trop d’ammoniaque durant la phase II du compostage, la microflore sera incapable de transformer l’ammoniaque en protéine microbienne. De plus les zones du compost qui n’ont pas atteint 46 – 57,2°C pendant 72 à 96 heures après la pasteurisation peut contenir de l’ammoniaque résiduel. Ce champignon est fortement cellulosique.
    Oedocephalum (marron) Oedocephalum spp.
    Cette moisissure apparaît grise en surface du compost puis devient marron lorsque les spores sont matures. Elle forme des structures droites, portant les spores, avec des ensembles sphériques de spore à son extrémité. Elle indique que l’ammoniaque et les amines n’ont pas étaient complètement éliminées pendant la phase II du compostage (c’est le cas quand les sources carbonique sont limité et que l’azote n’a pu être entièrement converti en protéine microbienne). Son fonctionnement est similaire à Coprinus et arrive souvent en même temps.
    Moisissure vert olive - Chaetomium spp
    La structure du fruit de cette moisissure ressemble a de petite boule vert olive d’un diamètre d’environ 16 mm qui se développe sur le compost. Bien que les spores résistent à une température de 60° Celsius. Celle-ci n’apparaît que dans le compost mal préparé en phase II du compostage. Notamment quand la ventilation en phase II n’est pas optimum.
    Le manque d’oxygène quand la température du compost est supérieure à 61,1 °C permet la formation de produits anaérobiques. Ces composants sont toxique pour la croissance du mycélium mais sont utilisé par cette moisissure.
    Moisissure « plâtre » et moisissure « farine » Papulaspora byssina, Thielavia Thermophila, Botryotrichum piluiliferum, Trichothecium spp.et autres.
    Ces moisissures se développent lorsque les sources d’azote de la phase I n’ont pas étaient entièrement consommé par la flore microbienne de la phase II et quand l’azote n’a pas était converti en protéine microbienne. On en voit couramment sur du compost « cru ». Les antennes d’hyphae s’agrégent sur le compost et forme une couche ressemblant à du plâtre. Cette moisissure forme de denses colonies blanches. T. thermophila est thermophilique (55 à 60°C) et peut se développer rapidement à la fin de la phase II. Cela indique des points chauds dans le compost pendant la période d’incubation qui inhibe la croissance mycélienne.
    Papulaspora byssina forme de denses colonies brunes à la surface du compost.
    La maladie de la France – un virus isométrique
    Les symptômes de cette maladie sont une dégénération du mycélium, l’arrêt de la fruitaison puis la mort du champignon. A terme le mycélium disparaît. Les champignons infectés sont blanc cassé. Les autres symptômes sur les champignons sont l’ouverture prématuré du voile, le développement d’une tige fusiforme allongé avec un petit chapeau, la formation d’une tige épaissi avec un chapeau mince et des branchies mal formées ou carrément absente. Les champignons doivent être récolté avant l’ouverture du voile puisque les spores véhiculent des particules virales (le taux d’infection des spores est de 75%). Les sources de contaminations sont le bois, les personnes, le compost et le matériel. Le bois devrait être nettoyé, désinfecté et cuit à la vapeur. Le virus peut s’introduire via vos autres cultures de champignon et par les champignons sauvages. Pour réduire les risques de contamination il faut pasteuriser le compost (62,7°C pendant 6 heures) un filtres HEPA et les condition sanitaires habituelles. Hollings fut le premier à identifier ce virus du champignon, ce fut également la première fois qu’un rapport démontré la présence de virus chez les champignons. D’autres virus à membrane lipidique existe dans tous les composts mais leurs effets sont inconnus. PCR est utilisé par les fabricants de compost pour détecter ces virus. Une attaque virale dans une exploitation peut être dévastatrice.
    La maladie de maman - Pseudomonas aeruginosa
    Les symptômes sont des champignons a tige courbés ayant une croissance de mycélium à leur base. Les chapeaux sont inclinés et nain. L’intérieur les tiges sont imbibées d’eau et striés longitudinalement. Les tissus deviennent spongieux et secs (momifiés). Le respect des procédures de stérilisation et l’élimination de l’eau stagnante sont primordiaux pour réduire les risques.
    Bulle humide Mycogone perniciosa
    Les symptômes sont des champignons avec des tiges mal formées et des petits chapeaux ou déformés. Les tissus se nécroses et une moisissure légère et humide avec une odeur agressive peut apparaître. Un liquide ambré apparaît sur les champignons infectés. Les champignons deviennent marron. Les bulles peuvent atteindre la taille d’un pamplemousse. Le contaminant se propage dans l’air et des cultures contaminées. C’est également un parasite des champignons sauvages. Pour s’en prémunir il faut des conditions sanitaires strictes, certains pays utilise du compost Sporogone qui est aussi efficace contre veticilium. Cette maladie est la plus courante en Chine.
    Bulle sèche Verticillium
    Cette maladie est provoquée par verticilium une espèce qui produit des spores gluantes. Les symptômes varient suivant la phase de croissance du champignon au moment ou celui-ci est infecté. Une infection sur les primordias provoquera leur malformation et prendrons une couleur gis/brunet deviendront dure. Une infection à une étape postérieure provoque un apaississement de la tige surtout à la base et aussi un champignon incliné avec un chapeau incliné vers l’arrière pelé. Une infection du chapeau peut survenir à la fin du cycle de croissance du champignon se caractérisant par des tâches superficielles circulaires d’un brun pâle au départ devenant gris avec le temps.
    La source primaire de
    verticilium est le sol, mais la source la plus probable sont les couches d’enveloppe ou l’introduction du contaminant par le cultivateur, les mouches ou encore de la ventilation. Les spores peuvent rester inertes jusqu’à qu’elles entre en contact avec un champignon qui les stimule à se développer. Parce que les spores sont gluantes elles sont disséminées sur des particules de poussière lorsque la terre est remuée où quand le compost est jeté. Ces poussière peuvent contaminées les nouvelles couche de gobetage ou entrer par les ventilateurs ou par des ouvertures ou encore apporté par des mouches, le cueilleur ou même les mites.
    La maladie dans une pièce de culture peut se répandre avec les éclaboussures d’eau. Les spores peuvent aussi se disséminés grâce au instruments utilisé dans une pièce infecté.
    L’apparition de cette maladie sur les primordia signifie que la contamination a eu lieu au moment du casing. Le développement à un stade postérieur du cycle de production indique que la contamination provient des cultures avoisinantes ou de source extérieur.
    La dissémination par l’eau, les mouches ou le cueilleur fait que 30 % de la récolte peut être contaminé au troisième flush et probablement la totalité pour les flushes à venir. Une hygiène irréprochable est essentielle pour éviter
    verticilium. Les autres méthodes pour lutter contre verticilium sont les suivantes :

    1. Eviter de remuer le sol à proximité de votre espace de culture et ce particulièrement les jours venteux. Prenez des mesures pour éviter l’accumulation de poussière à proximité de votre espace de culture.
    2. Il est essentiel de lutter contre les insectes comme les mouches et il est impératif d’empêcher leurs entrées dans les espaces de culture.
    3. Les champignons contaminés devront être sortis de l’espace de culture avec un tissu ou une éponge imbibé de désinfectant et placé dans un récipient contenant également du désinfectant.
    4. Du sel de table sur du papier de soie peut-être utilisé pour endiguer la maladie.
    Plus d’infos :
    Les moucheron des champignons - (Sciarids) (Lycoriella spp.) et Phorids (Megaselia
    spp.)
    Les adultes sont de petite (0.3 mm) mouche grisâtre à noire avec des longues pattes et des antennes filiformes. Leurs ailes sont claires et légèrement colorées avec quelques veines distinctives. Les larves sont clair et d’un blanc crémeux et peuvent grandir jusqu’à 0,6 mm. Elles ont une tête noir brillant. Ils sont attirés par les cultures de champignon et leurs larves se nourrissent directement du mycélium, envahissent le champignon et creusent le champignon développé ou en cour de développement. Les tissus endommagés par ces moucherons sont souvent colonisés par une bactérie qui crée une légère pourriture qui accentue le problème.
    Pour lutter contre les mouches une stérilisation stricte et une bonne hygiène de l’espace de culture est nécessaire. Par exemple la chambre de culture doit être étanche à l’air extérieur. L’air frais doit être filtré. Une petite ouverture servira d’entrée aux mouches. La plupart des fermes utilisent du ruban adhésif ou d’autres méthodes pour limiter les populations de mouche. Un contrôle biologique utilisant des nématodes est efficace lorsque les populations de mouche sont faibles. En plus des dégâts causés par les larves lorsqu’elles se nourrissent du mycélium ou du champignon, les mouches portent des maladies comme verticilium, mycogone ou dactylium
    Les mites
    Beaucoup de mites sont généralement trouvées dans la paille et le fumier, la plupart des espèces sont bénéfique à la croissance des champignons car elles se nourrissent des nématodes (Nematoda - Wikipédia) du sol et d’autres mites, cependant certaines peuvent provoquer des dégâts.
    Les mites comme les larves de mouche peuvent se nourrir du mycélium et des champignon ce qui provoque une décoloration superficielle. Iles peuvent vivre également grâce à d’autres moisissures couramment rencontrées dans la culture des champignons.
    Un exemple avec la mite de pygmée. Ces mites sont souvent associées au
    penicillium et au trichoderma sur lesquels elles s’alimentent. La mite de pygmée ne se nourrit pas d’agaricus. Ces mites ont la capacité de passer par une étape intermédiaire appelé hypopus, dans laquelle elles développent un corps aplati et un crampon suceur leur permettant de s’accrocher au corps se déplaçant, comme les mouches. A ce stade les mites pullulent sur les champignons.
    1. Mite Tarsonemid
    Ces mites ont une couleur brune très pâle et sont tellement petite qu’ont ne les voit qu’au microscope. Elles s’alimentent et par conséquent endommage les hyphaes des champignons et le cultivateur reconnaîtra la présence de celles-ci en observant la base du champignon montrant une décoloration brun/rouge. Si l’invasion est sévère le champignon peut même tomber.
    Prévention
    1. Comme pour les nématodes très peu d’actions sont possible après l’apparition du parasite, c’est pourquoi le compost doit être pasteurisé rigoureusement et atteindre la température maximale doit être atteinte pour être certain de les avoir tous tués.
    2. Une bonne hygiène doit régner autour de votre espace de culture.
    2. Mites Tyroglyphid (Tyrophagus spp)
    Ces mites sont facilement identifiables car elles se déplacent lentement, sont translucide et ont des longs poils sur le corps. Présente en abondance elles se nourrissent du chapeau et des tiges ce qui forme de petit creux. Ces creux souffrent alors de la décomposition bactérienne, ce qui détruit les tissus en dessous de la surface. Ce qui aboutit à l’effondrement de la peau et laisse une plaie béante. Les tyroglyphids peuvent aussi se nourrir du mycélium quand ils sont présents en nombre important, ce qui provoque une diminution de la récolte.
    Les mites atteignent en général le compost en s’accrochant aux mouches (scarids) lorsqu’elles sont en phase de migration. La phase migratrice se déclenche quand il y a une surpopulation de mite. Ces mites ne sont pas un problème sur lors de la pasteurisation la température maximale est atteinte. Les déchets organiques ne doivent pas être stockés autour de votre espace de culture car c’est un vrai nichoir pour les mites.
    3. Mites « poivron rouge » (Pygmephorous spp)
    Ces mites ne sont pas considérées comme des parasites primaires, leur présence indique habituellement la présence de la moisissure trichoderma dans le compost. Ces mites se nourrissent de diverse moisissure lié à l’herbe mais pas de champignon. Leur présence indique que le compost n’est pas satisfaisant. Ces mites sont de couleur brune/jaunâtre, de 0.25 mm de longueur et une apparence aplatie.Elles se reproduisent très rapidement.
    Comme il est expliqué plus haut, ces mites sont des animaux secondaires, elles rendent les cultures inconsommables car elles pondent sur les champignons ou sur la couche de gobetage. Elles peuvent disséminées le
    trichoderma d’un sac à l’autre.

    Les Nématodes - Aphlelenchoides composticola and Ditylenchus myceliophagus
    Ces nématodes sont des habitants communs de la plupart des sols agricoles. Les symptômes sont une dégénération du mycélium et l’incapacité des champignons a se former.
    Normalement on remarque l’infection lors de la troisième pause. Le mycélium infecté est complètement détruit et comme le compost se décompose il devient noir et une odeur médicamenteuse est détectable. Une phase II efficace lors du compostage résout le problème.
    Anormalités
    De nombreuses malformations ont des origines abiotiques (se dit d’un milieu ou la vie est impossible). Le plus courantes sont :
    - Tyrosinase (phenolase)
    C’est l’enzyme principal responsable du brunissement avec Agaricus. Le chlorure de calcium mélangé à l’eau d’arrosage diminue les contusions en augmentant l’intégrité des vacuoles.
    - Masse et ouverture prématurée du voile
    Malformation physiologique du chapeau et des lamelles. Les chapeaux s’ouvrent prématurément. Les causes peuvent être les matériaux à base de pétrole et les malformations génétique. Une tige creuse et un chapeau brun révèle un stress par l’eau mais les facteurs exacts sont inconnus. De longues tiges et des petits chapeaux sont du à un manque de lumière ou d’air.
    - Rosecomb
    Des lamelles de tissu rose, souvent d’apparence poreuse se développe à la surface du chapeau du champignon. Les causes on été attribué à une contamination par des produits à base de pétrole.
    - Ecaillage
    La réaction naturelle des chapeaux à l’air sec.
    - Stroma
    Le mycélium croît avec une forte intensité sans former de fruit. Le Stroma survient si l’incubation est mal faite ou si il est exposé à des produits chimiques toxique ou à base de pétrole. Il peut également apparaître dans les environnements secs.
    - Pleureurs
    Les chapeaux sécrètent de l’eau. La cause est inconnu mais cela arrivent souvent lorsque le compost à un taux d’humidité faible et que la couche de gobetage a un taux d’humidité élevé.
    Sources littéraires :
    Plant Pathology 40, Edible Mushroom Cultivation Lecture/Lab 8 Pest, Diseases, and Weed Control; Abnormalities, February 26, 1999
    Mushroom Cultivator : A Practical Guide to Growing Mushrooms at Home, Paul Stamets, J.S. Chilton, 1984
    Last edited by Sludge; 11th June 2012 at 21:55.
    grivois, superflu, bld01 and 3 others like this.
    "Rien ne se perd,rien ne se créer,tout se transforme"

  2. #2
    Meuble Sludge's Avatar
    Join Date
    2011 Sep
    Location
    mon cul
    Posts
    11,038

    Re : les différentes bactéries et moisissures que l'on peu rencontrer

    Ah ouais... C'est quand même assez reconnaissable en fait quand il y a une vraie contamination... Merci pour ce guide très complet.
    Mes trips reports : The Death of Utopia, The Begining of the Dream
    Tableau d'information sur les combos de produits risqués

    Le lâcher prise, c'est accepter de redevenir un enfant.
    ----------------------------
    Ce qui importe avec l’expérience psychédélique, ou plus généralement spirituelle, ce n’est pas la vérité que l’on croit toucher du doigt, mais bien le chemin qu’elle nous fait parcourir sur notre rapport au soi, aux autres et à la vie.

  3. #3
    Skilled Psychonaut bld01's Avatar
    Join Date
    2012 Mar
    Location
    dans un lac d'acide
    Posts
    612

    Re: Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    yep yep,

    merci bien pour ces infos ;-)
    l'esprit est comme un parachute, il ne fonctionne que lorsqu'il est ouvert.....

  4. #4
    Improving Psychonaut leonymous's Avatar
    Join Date
    2012 May
    Posts
    31

    Re : Re: Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    ;-) merci pour ce super descriptif qui en aidera plus d'un,moi y compris

  5. #5
    Skilled Psychonaut psyko-tix's Avatar
    Join Date
    2012 Jul
    Location
    dans un incubateur géant !!!
    Posts
    111

    Re : Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Bon bah maintenant je sais que ma culture a chopé le pénicillum spp. et j'en connais donc maintenant les raisons ( trop chaud et trop humide pendant l'incubation )
    En tout cas merci, c'est cool de comprendre ce qui nous arrive (plutot que d'en etre simple spectateur)

  6. #6
    Improving Psychonaut MushWeed's Avatar
    Join Date
    2012 Aug
    Posts
    49

    Re: Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Bonjour, j'aurais voulu savoir si mes cake on subit une contamination car sa m'a l'air un peu louche toute ce mycélium...

  7. #7
    Wishful Psychonaut
    Join Date
    2012 Oct
    Posts
    23

    Re: Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Bonjour, j'ai une question à poser rapport à une contamination ! Mon premier fush avait un mycélium tout blanc tout mignon, on a ensuite suivi les instructions, et la on dirait que le mycélium moisi, j'arrive pas à bien expliquer faudrait que je vous envoie une photo ça me parait louche, il semble légèrement noiratre.. ! des idées ?

    Edit : La photos très floues avec les ronds rouges signalant le probleme, en espérant que vous y voyiez quelque chose :/IMG00026-20121115-1556.jpg
    Last edited by MrMoonlight; 15th November 2012 at 16:24.

  8. #8
    Wishful Psychonaut
    Join Date
    2012 Oct
    Posts
    23

    Re: Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Personne ? :/

  9. #9
    Wishful Psychonaut
    Join Date
    2012 Oct
    Posts
    23

    Re: Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Dsl erreur de triple post j'ai effacé le message
    Last edited by MrMoonlight; 15th November 2012 at 21:45.

  10. #10
    Improving Psychonaut Sihtam's Avatar
    Join Date
    2012 Dec
    Location
    Paris
    Posts
    29

    Re : Re: Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Bonjour,
    J'ai sur une de mes growbox des champignons qui font la gueule, je sais pas si c'est bien visible sur la photo mais ils ont une sorte de légère moisissure, notamment sur le chapeau :/
    Est ce que quelqu'un connait ça? Ca a pas l'air d'un truc aussi méchant que sur la belle présentation du haut, surtout que ça fait plus d'une semaine que mes champis ont cette tête, sans réelle propagation, mais du coup ils ne se développent plus et j'ai peur de ne pas pouvoir en profiter.
    Merci d'avance à celui qui pourra eclairer ma lanterne

    IMG_0078.jpg

  11. #11
    Meuble Sludge's Avatar
    Join Date
    2011 Sep
    Location
    mon cul
    Posts
    11,038

    Re : Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Ils ont vraiment une sale gueule... Ça m'étonnerait qu'ils soient "comestibles". Mais alors par contre, l'origine du truc, je ne saurais pas dire. Une contamination ?
    Mes trips reports : The Death of Utopia, The Begining of the Dream
    Tableau d'information sur les combos de produits risqués

    Le lâcher prise, c'est accepter de redevenir un enfant.
    ----------------------------
    Ce qui importe avec l’expérience psychédélique, ou plus généralement spirituelle, ce n’est pas la vérité que l’on croit toucher du doigt, mais bien le chemin qu’elle nous fait parcourir sur notre rapport au soi, aux autres et à la vie.

  12. #12
    Improving Psychonaut Sihtam's Avatar
    Join Date
    2012 Dec
    Location
    Paris
    Posts
    29

    Re : Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Surement, mais j'ai du mal a savoir par quoi et surtout quand (j'aimerais eviter de recommencer si possible) vu que les 3 autres box que je cultive en même temps n'ont rien, alors que j'ai fait toutes les étapes simultanément sur les 4. Une idée pour me débarrasser de la moisissure ou c'est foutu?
    J'ai mis la box a un endroit moins chaud, on sait jamais
    EDIT: j'ai reposté mon message initial dans le topic "problèmes avec vos champignons" que je n'avais pas vu
    Désolé
    Last edited by Sihtam; 7th February 2013 at 23:27.

  13. #13
    Wishful Psychonaut aerone's Avatar
    Join Date
    2012 Nov
    Location
    Liege, Belgium
    Posts
    5

    Re : Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Bonjour à tous !

    J'ai lancé mon kit de mac kennaii la semaine passé, et à ma grande surprise je remarque un dépot de liquide jaunatre dans le fond et sur le dessus du kit:
    IMG_0014.jpgIMG_0017.jpgIMG_0020.jpgIMG_0022.jpgIMG_0024.jpg


    J'ai d'abbord pensé a un trou dans le kit, mais aprés vérification, ce n'est pas sa ...

    J'imagine que le kit va pourrir , si quelq'un a une explication ou même une solution ??

    Merci d'avance !

  14. #14
    Improving Psychonaut krokmor's Avatar
    Join Date
    2011 Oct
    Location
    further
    Posts
    83

    Re: Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Salut! Pour ma part je ne vois rien d'anormal sur ton kit. As tu bien purgé la barquette après l'avoir rempli d'eau? Peut être que la condensation qui se forme dans ton sac a tendance à glisser dans la barquette, dans ce cas débrouilles toi pour que ses bords ne soient pas en contact avec le sac. Tente de purger le résidu d'eau qu'il y a au fond si vraiment il y en a beaucoup, sinon laisse la tranquille et patiente! La meilleure façon de contaminer un kit c'est de le tripoter en permanence!
    Seigneur Dieu à Quatre Pattes ! Y a-t-il un prêtre dans cette taverne ? Je veux me confesser ! Je ne suis qu'un salaud de pécheur ! Véniel, mortel, charnel, mineur ou majeur — quel que soit le nom que tu lui donnes, Seigneur... Je suis coupable !

  15. #15
    Wishful Psychonaut aerone's Avatar
    Join Date
    2012 Nov
    Location
    Liege, Belgium
    Posts
    5

    Re : Re: Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Merci pour ton aide krokmor, je vais tester sa... Sinon y parait que growkit.com peut rembourser en cas de kit foireux ?
    Last edited by aerone; 20th May 2013 at 14:10.

  16. #16
    Wishful Psychonaut
    Join Date
    2013 Jun
    Posts
    6

    Re: Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Bonjour à tous ! Un truc chelou est apparu sur ma box ! :s

    J'ai un problème avec ma growbox, depuis le second flush. Dû à un premier flush raté à cause je pense d'une température un peu trop haute qui à chauffer un peu le substrat et a arrêter la croissance des champignons (box posé sur ma box internet). J'ai alors maintenant une couche qui s'est formé et répandue sur le dessus avant même que les champignons du second flush aient commencé à pousser, c'est une espèce de mousse sèche violette, grise comme vous pouvez voir sur la photo. J'ai des champignons qui ont quand même poussé malgrès sa, certes il y en avait 4fois moins que le 1er flush qui était lui très important, et les champignons qui ont poussés sur cette "contamination" à vue d'oeil ont l'air tout à fait normaux, sauf 2-3 qui tiraient une sale gueule, mais bon y'en a toujours quelques un peu chelou...
    Donc voilà je ne sais pas ce que c'est que cette formation qui s'est faite sur ma box, si c'est une contamination? si mes champignons restent comestibles ou pas ? Et existe t'il un moyen de sauver ma box si c'est bien une conta.

    Merci pour l'aide amis champiculteur
    DSCN3916.jpg

  17. #17
    Wishful Psychonaut
    Join Date
    2013 Jul
    Posts
    5

    Re : Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Quote Originally Posted by aerone View Post
    Bonjour à tous !

    J'ai lancé mon kit de mac kennaii la semaine passé, et à ma grande surprise je remarque un dépot de liquide jaunatre dans le fond et sur le dessus du kit:
    IMG_0014.jpgIMG_0017.jpgIMG_0020.jpgIMG_0022.jpgIMG_0024.jpg


    J'ai d'abbord pensé a un trou dans le kit, mais aprés vérification, ce n'est pas sa ...

    J'imagine que le kit va pourrir , si quelq'un a une explication ou même une solution ??

    Merci d'avance !
    Salut

    J'ai le même problème que toi... Ca a donné quoi ta growkit??? l'as tu mis à la poubelle???
    Merci

  18. #18
    Wishful Psychonaut
    Join Date
    2013 Aug
    Posts
    6

    Re : Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Merci pour l'info j'y voit un peu mieux en me disant que j'ai repérer la bonne moisissure (verte)

    Voici toujours une photo pour faire une idée et me dire amis psychonauts si je peux continuer ma culture tranquillement ou si je dois m'attendre à des complications?
    DSCI0693.jpg
    Merci d'avance d'autant qu'ils ont l'air de bien partir :-)

    DSCI0694.jpg
    Last edited by psylos; 19th August 2013 at 16:24.

  19. #19
    Wishful Psychonaut
    Join Date
    2013 Aug
    Posts
    3

    Re: Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Salut ! j'ai la meme chose que toi sur ma boite (fin j'ai eu le dernier flush il y a 1 semaine) avec les memes symptomes et "la contamination" devient toute blanche achaque fois apres qlq jours (peut etre du mycelium sur la conta ?) chez moi , mais moi tous mes champis etaient nickels... j'ai gouté ceux du 2e flush ils avaient l'air corrects (niveau comestibilité). Si tu en sais plus je veux bien etre éclairé aussi pcq apparemment certaines bactéries peuvent se mélanger aux champignons et etre vraiment dangereuses pour nous :/ J'espère pour toi comme pour moi comme pour moi que cette "conta" n'est pas dangereuse :/

  20. #20
    Loc0
    Guest

    Re : Re: Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Bonjour !
    Voilà j'en suis à mon deuxième grow kit, le premier s'est déroulé sans aucun soucis, cependant je me demande si je n'ai pas une contamination de dactylium sur mon deuxième ou bien s'il n'y a pas juste un mycelium aggressif :
    -lors de ma récolte j'ai pu observer un voile blanc qui semble un peu trop répandu pour être du simple mycelium, aucune odeur particulière, mais certains champis (les plus petits)sont presque quasiment recouvert de ce duvet blanc cotonneux, de plus la base les plus grands en sont recouverts sur presque un centimètre à la base, j'aimerais vous laisser une petite photo mais j'ai l'impression que le site refuse que j'upload les fichiers sur le site ><
    -j'ai coupé la queue de certain champis, la plupart présentent une queue de la même couleur à l'intérieur qu'à l'extèrieur, cependant certains ont un intérieur relativement vert mais sans odeur particulière non plus
    -Pour finir je voulais savoir si cette contamination était dangereuse à ingérer lorsque les champ's sont secs
    Voilàvoilà, merci d'avance pour vos réponses
    Be in peace !

  21. #21
    Wishful Psychonaut feyih's Avatar
    Join Date
    2014 Apr
    Location
    Belgium
    Posts
    5

    Re : Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Merci pour les informations réunies dans ce topic, bonne préparation à la culture de champi

  22. #22
    Wishful Psychonaut
    Join Date
    2014 Jun
    Location
    Germany
    Posts
    1

    Re: Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Bonjour à tous !

    J'ai un kit culture de culture d'équatoriens que j'ai commencé le 3 juin (il y a une semaine) et les boules blanches au fond du kit sont devenues jaunes-marrons. Il y a aussi une odeur désagréable. Est ce que quelqu'un sait de quoi il s'agit? Pensez vous que le kit est sauvable ? Et si oui, comment? Est ce que la première poussée pourra peut être être consommable ou bien faudra t il attendre la deuxième fournée pour pouvoir en profiter ?

    Voici une photo pour aider.
    frert.jpg
    Merci beaucoup pour vos réponses car j'aimerais vraiment sauver mon kit.

    Peace

  23. #23
    Wishful Psychonaut
    Join Date
    2014 Jun
    Posts
    3

    Re: Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Hola tout le monde !! J'ai récolté le deuxième flush de ma box, mais après avoir fait sécher mes champignons, j'ai remarqué qu'ils avaient la tige creuse contrairement à ceux du premier flush.. Je pense que c'est une malformation mais je pense qu'ils sont comestibles car ils ont une belle gueule tout de même
    Alors je voulais vous demander si vous pensiez qu'ils étaient mangeable et si j'allais pouvoir en profiter ?

  24. #24
    Wishful Psychonaut
    Join Date
    2014 Aug
    Posts
    3

    Re : Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Bonjour tous le monde ! Voila je suis sur mon premier kit 100% de Mckenaii et il y a de petit point noir alors que j'ai toujours fait très attention a l'hygiène. Pas de couleur particulière. Pouvez vous me dire si cela peu être une conta ?? Merci d'avance

  25. #25
    Wishful Psychonaut
    Join Date
    2014 Aug
    Posts
    3

    Re : Re: Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    voici une photo ou l'on ne voit pas très bien mai bon peu être vous pourrez m'aidez20140802_145203-1.jpg20140802_145203.jpg

  26. #26
    Wishful Psychonaut
    Join Date
    2013 Sep
    Posts
    26

    Re : Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Merci pour ce super guide. J ai du coup une question, j ai un tas de fumier plus ou moin jeune(un cote tres jeun, un autre en compost asser vieu) sur la partie jeune il y a des coprin noir d encre est ce que cela veu dire qu il n y aura jamai de psylo? Sur la partie encienne il n y en a pas est ce que cela veu dire que je peu espere que du psylo sauvage y pousse? Et une autre question est ce que j ai plus de chance de trouver du psylo sur le contour du tas de fumier ou sur le dit tas? Voila. Merci a vous

  27. #27
    Wishful Psychonaut
    Join Date
    2014 Sep
    Posts
    22

    Re : Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Merci pour ce topic. Malheureusement il ne répond pas à toutes mes questions mais il aide à y vir plus clair tout de même.

  28. #28
    Skilled Psychonaut Malienkov's Avatar
    Join Date
    2014 Aug
    Posts
    353

    Re: Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    @Ortessia : Et quelle est ta question ? Une photo afin de nous/t'aider ?

  29. #29
    Wishful Psychonaut
    Join Date
    2014 Sep
    Posts
    22

    Re : Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Avec plaisir si vous pouvez m'éclairer.

    J'ai acheté il y a une semaine 3 grow kit. Ce n'est pas ma première expérience en culture des champ' (après je ne suis pas experte, mes dernières cultures datent d'il y a 6 ans, innoculation à la seringue, prépa substrat.. j'ai du le faire 4 fois mais je n'ai jamais eu de conta) mais la première fois en grow kit..je pensais me faciliter la vie mais non j'ai deux barquettes de louches.

    Les côtés de mes barquettes étaient cachées par des boites en carton pour éviter la pousse des champ' sur les côtés donc je ne me suis pas de suite rendue compte de ce que j'ai découvert ce matin. C'est en voyant que deux des barquettes stagnaient (dont une peu développée) que je me suis dit qu'il fallait que je vois ce que ça donné de plus près.

    Donc voilà celui qui va bien Cubensis PES Hawaien (c'est un kit supagro donc blindé de mycelium) :
    PESHawa.jpg

    Le second qui était bien parti mais qui a stagnait est un Mexicain, j'ai de bon gros doute (et encore plus quand j'ai vu celui que je vais vous faire suivre après) :
    MexDessus.jpgMex1.jpgmex2.jpg
    Pour vous ça semble être le début de la misère? j'aimerai tant que ce soit un simple souci d'humidité mais je crains que non...

    je ne peux pas mettre plus de photo je fais un second message....
    Images attachées Images attachées

  30. #30
    Wishful Psychonaut
    Join Date
    2014 Sep
    Posts
    22

    Re : Re: Les différentes bactéries et moisissures que l'on peut rencontrer

    Et la troisième qui m'a achevé, l'équatorien, j'entoure même pas tellement c'est flagrant (la dernière tof avant c'est le dessus de la barquette):
    EquatTaches1.jpgEquatTaches2.jpg


    Mes questions sont :

    - Pour vous les Mexicain (seconde barquette sont ils dans le même pétrin?)

    - C'est quoi? C'est dut à quoi?

    Je précise mes conditions de culture et d'hygienne :

    ce sont des grow kit (le premier qui va bien est un supagro, les autres des classiques), dans un bag posé sur un meuble recouvert d'une toile cirée quia été désinfecté 30 minutes dans un bain de javel, rincé posé sur le meuble puis re-javelisé non rincé...).
    Trempage de 24h vendredi dernier à l'eau de source (bouteille neuve que j'ai désinfecter avant ouverture à l'alcool), après peut-être ai-je déconné mais j'ai mis une tasse d'eau de source (idem que la première : neuve et bouteille désinfectée) au fond des deux sacs de grow kit classique pour éviter de les ouvrir trop fréquemment pour rajout d'eau. J'ai du ouvrir 2 voir 3 fois les sacs dans la semaine, même pour les photos j'ai laissé les sacs.

    Pour toutes manips je me lave les mains et les avant bras avec un savon antibactérien (je laisse agir 50 secondes et plus), j'enfile des gants d'examen jetable que je désinfecte ensuite à l'alcool à 70 degrès, je travaille en t-Shirt (je rappelle que mes avants bras sont désinfectés) j'ai les cheveux attachés, je porte un masque stérile (que je jette à chaque fois).

    La pièce est nettoyée normalement (dépoussiérée, sol lavé

    J'ai pris les précautions qu'il fallait pourtant, ai-je une merde dans la pièce où ils sont?

    Et dernière question :

    Dos-je isoler les kits suspect dans une autre pièce que celui qui donne? Je crains qu'il se fasse véroler.. ce serait dommage et dégueulasse (je ne vais pas en pleurer mais bon... quelle déception, quelle frustration, ça m'a miné ma journée d'avoir déjà une barquette vilaine et l'autre suspecte alors si les 3 décèdent...)...
    J'attends avec impatience votre aide.

    Merci encore

    P-S : Je suis anxieuse.. j'ose même pas ouvrir le Cubensis Hawaien pour le pshiter de peur de le contaminer ne sachant pas ce que sont les taches jaunes, pourquoi, d'où viennent-ells et que faire pour éviter la conta de celui qui est sympa.. mais va bien falloir pour les babies et leur croissance que j'apporte un peu d'humidité...
    Last edited by Ortessia; 13th September 2014 at 01:46.

Page 1 of 5 12345 LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts
  •