Results 1 to 27 of 27
Like Tree9Likes
  • 2 Post By Styloplume
  • 1 Post By Chandly
  • 1 Post By Supervixen
  • 2 Post By Acidbuzz
  • 1 Post By GuyGeorge
  • 2 Post By love'mind

Thread: MDMA et schizophrénie

  1. #1
    Skilled Psychonaut love'mind's Avatar
    Join Date
    2011 Apr
    Location
    Quelque pars par là. Non un petit peut plus a gauche . . .
    Posts
    661

    MDMA et schizophrénie

    Bonjour (soir ?) , Je voulais savoir si la MD pouvais déclencher la schizophrène chez les personne légèrement instable mentalement (antécédent dépréssife, légères tendance parano) ?
    "Non merci j'ai déjà une corde. Mais je veux bien le tabouret !"

  2. #2
    B_G
    B_G is offline
    Skilled Psychonaut B_G's Avatar
    Join Date
    2011 Dec
    Location
    héhéhé !!!
    Posts
    103

    Re: MDMA et schizophrènie

    J'imagine que oui, le cannabis le peu, alors surement la MD...
    Turn on, tune in, drop out

  3. #3
    Skilled Psychonaut -Gre-'s Avatar
    Join Date
    2010 Dec
    Posts
    242

    Re: MDMA et schizophrènie

    B_G :
    J'imagine que oui, le cannabis le peu, alors surement la MD...
    Ben en fait ça a pas grand chose à voir.... Les avis éclairés font toujours plaisir :wink:
    Je dirais plutôt non après faut soigner le cadre et pas s'épuiser à en prendre pendant 48h et pas dormir....
    "Le fond du probleme n'est pas que les gens n'en sachent pas assez, c'est qu'ils sachent tant de choses inexactes"

  4. #4
    B_G
    B_G is offline
    Skilled Psychonaut B_G's Avatar
    Join Date
    2011 Dec
    Location
    héhéhé !!!
    Posts
    103

    Re: MDMA et schizophrènie

    Allez, un peu d'informations pour couper sur les spéculations... En abstract only sauf si tu as accès à une base de données

    Two case reports of ecstasy abuse and its serious neuropsychiatric complications are presented. The first patient developed a florid paranoid psychosis resembling schizophrenia after repeated long-term recreational ecstasy abuse, and significant alterations with intermittent paroxysmal discharges were found in his electroencephalogram. The second patient showed an atypical paranoid psychosis with Fregoli syndrome and a series of complex-partial epileptic seizures with secondary generalization after a first single ecstasy dose. Both subjects presented considerable vulnerability; the first a minimal brain dysfunction after perinatal asphyxia and a persisting attention deficit/hyperactivity disorder, the second a long-lasting opioid addiction. In vulnerable individuals, dose-independent ecstasy abuse can lead to unpredictable and potentially dangerous neuropsychiatric sequelae which require proper initial assessment and adequate treatment.


    (J Psychopharmacol. 2003 Sep;17(3):342-5.
    Neuropsychiatric consequences (atypical psychosis and complex-partial seizures) of ecstasy use: possible evidence for toxicity-vulnerability predictors and implications for preventative and clinical care.
    Vecellio M, Schopper C, Modestin J.)
    Turn on, tune in, drop out

  5. #5
    Styloplume
    Guest

    Re: MDMA et schizophrènie

    Je quote mon prof de psychopathologie, de mémoire:
    Quote Originally Posted by Mon prof
    Si vous prenez du LSD ou de la MDMA vous vous rtrouvez dans un état maniaque, n'étant plus dans votre réalité. Cet état psychotique dure le temps d'action de la drogue, et vous retournez à la normale. Les états psychotiques prolongés sont TOUJOURS dus à une personnalité pré-morbide ayant une tendance à la psychose. Les drogues ne causent PAS la schizophrénie mais peuvent jouer le rôle de décompensateur."
    En clair, si tout va bien avant, pas de problème. Si on a du mal avant, attention. En ce qui me concerne je me suis retrouvé à la frontière entre les deux, et ça n'était PAS agréable.

  6. #6
    Skilled Psychonaut fenrir's Avatar
    Join Date
    2011 Apr
    Posts
    109

    Re: MDMA et schizophrènie

    Personnellement, la seule fois que j'ai expérimenté une grosse dose de MDMA (+300mg) j'ai été dans un état délirogène (parlé aux arbres, discuté avec des personnes inexistantes) en bref, le gros gros gros mindfuck. Ca a pas été facile de retourner à la réalité. N'étant pas à tendances psychotiques ou instables, j'ai pas eu de problèmes par la suite à par une bonne déprime sur une semaine, mais je me suis quand même fait une grosse frayeur. A noter aussi que j'ai eu ma grosse periode paranoiaque et dépressive il y a quelques années de ça, mais plus en lein avec l'adolescence qu'un véritable problème psy.

    Je pense que pour une personnalité fragile, se retrouver dans ce genre d'état peut clairement aider à empirer les choses, surtout avec la grosse baisse de sérotonine accompagnant la prise de cette drogue.

    Avec des antécédents de dépression et paranoia, je pense que le plus grave que tu risques c'est une sale descente qui te rappellera ces moments. Si t'es encore là dedans évite, le trip devrait être bien, le retour à la réalité moins. Donc comme d'hab, set/setting adapté, dose modérée si c'est une première et MD plutôt qu'ecsta (a moins que tu les testes), histoire de pas te retrouver avec une substance/dose que tu ne connais pas.

  7. #7
    Chandly
    Guest

    Re: MDMA et schizophrènie

    Attention à bien différencier la psychose amphétaminique de la schizophrénie diagnostiquée.
    Avec l'abondance d'infos disponible sur le net on aurait évidemment tendance à s'imputer tout un tas de pathologies grave ou non, en s'auto-diagnostiquant naïvement et sans aucune pertinence/fiabilité scientifique.
    5tr4t0 likes this.

  8. #8
    Skilled Psychonaut Tisalut's Avatar
    Join Date
    2011 Nov
    Location
    Hors de la boucle
    Posts
    606

    Re: MDMA et schizophrènie

    Je vous trouve assez optimiste quand même...
    Dire qu'une seule prise de MD ou LSD ou autre substance ne déclenche pas de maladie mentale sur un sujet sais ok je suis daccord.
    Mais le mec qui tape de la MD ou de l'acide tous les weekends pendant plusieurs mois il va comprendre sa douleur .
    Surtout que la MD est pas mal neurotoxique (au contraire de beaucoup de psychés), donc c'est théoriquement pire qu'avec le reste.
    Les sciences c'est comme les bikinis : ce qu'elles montrent est superficiel, ce qu'elles cachent est essentiel.

  9. #9
    Skilled Psychonaut fenrir's Avatar
    Join Date
    2011 Apr
    Posts
    109

    Re: MDMA et schizophrènie

    Bah oui, mais l'espacement des prises c'est la base de la réduction des risques. (quoique c'est vrai on le dira jamais assez...)

    Mais autrement, je pense que pour une personne saine de corps et d'esprit, prendre ce genre de substance dans un cadre convenable à dose normale ne pose pas de problème. Les seules fois ou je suis parti en couille, c'était parce que j'ai voulu faire le malin et me suis enfilé une dose de cochon en très peu de temps (en même temps pas si mal que ça, j'ai été bien dégouté de la MD et de cet espèce de bonheur artificiel).

  10. #10
    B_G
    B_G is offline
    Skilled Psychonaut B_G's Avatar
    Join Date
    2011 Dec
    Location
    héhéhé !!!
    Posts
    103

    Re: MDMA et schizophrènie

    Quote Originally Posted by Tisalut
    Je vous trouve assez optimiste quand même...
    Dire qu'une seule prise de MD ou LSD ou autre substance ne déclenche pas de maladie mentale sur un sujet sais ok je suis daccord.
    Le problème, c'est que ce n'est pas ça. Même si c'est très très rare, c'est toujours possible de vivre une décompensation avec une seule prise de LSD ou de MDMA. Me semble que c'est la job de la RdR de décrire la réalité. Mais comme dit Stylo, faut une personnalité prémorbide... Bon ça a pas l'air top d'avoir ça, et j'imagine qu'on ne sait pas que l'on l'a, mais dans ce cas, il est possible d'avoir une virée dans la psychose... Enfin, c'est juste ce que j'ai lu, je connais pas plus que ça...
    Turn on, tune in, drop out

  11. #11
    Styloplume
    Guest

    Re: MDMA et schizophrènie

    La bonne nouvelle, les cocos, c'est qu'il est possible d'explorer une éventuelle personnalité pré-morbide en consultant. En effet, les psychiatres sont formés pour déceler les traits de personnalité pathologiques, même pour M. Toutlemonde. (Ahh, mmh en fait c'est peut-être pas une bonne nouvelle )

    Je pense surtout au test de personnalité MMPI, mis au point à l'université du Minnesota, et employé depuis trèèèèès longtemps dans le recrutement du personnel de la CIA. Le test mesure la personnalité sur plusieurs échelles:

    Hypochondrie
    Dépression
    Hystérie
    Psychopathie
    Masculinité/Femininité
    Paranoïa
    Psychasthénie
    Schizophrénie
    Hypomanie
    Introversion Sociale

    Et on se retrouve avec un profil qui est en fait un cocktail de traits de personnalités.

    Bon, les cocos, j'ai pas envie de raconter trop de conneries sur le MMPI, ce que je peux vous dire c'est que moi-même j'ai pris rendez-vous avec un psychiatre pour lui parler clairement de mes tendances à la dissociation (clairement un trait schizophrène), voir si le DXM y a changé quelque chose, si possible passer le MMPI, ou un test du genre Rorschach (les taches auxquelles ont doit donner une signification). Je sais que je suis pas schizophrène, mais je suis sûr que ça va me servir à quelque chose.

    Je vais tacher de choper plus d'infos là-dessus et je vous redis ça.

    EDIT le lendemain: j'ai pu accéder au MMPI et je me suis renseigné dessus, apparemment c'est parfait pour déceler une personnaltié prémorbide, et donc la "propension" à rester percher au psychés...
    MAIS il faut aller chez un psy pour le passer, c'est obligatoire. Même moi qui suis en fac et ai accès au test, on m'a très déconseillé de le passer tout seul, mes amis et des responsables.
    Je vais donc aller à mon rendez-vous avec le psychiatre (c'est remboursé) et lui parler de mes histoires de DXM et de tendance à la dissociation... je vous redirai ce que j'en retiens, dans l'intérêt général.

    Bref, à priori, rien ne vaut une bonne consultation chez le psy!

  12. #12
    Skilled Psychonaut love'mind's Avatar
    Join Date
    2011 Apr
    Location
    Quelque pars par là. Non un petit peut plus a gauche . . .
    Posts
    661

    Re: MDMA et schizophrènie

    Merci pour toute vos réponse.
    Je vous explique peu la situation, un amie très très proche est devenue ce que je pense (et j'en mettrais ma main a couper) schizophrène. Elle abuse de la fumette et a auparavant à bien griller son cerveau avec le dxm. Elle a pris de la Md une fois et 1 semaine après elle est partie en bafa quand elle est revenue . . . Mon amie avait disparut pour laisser place a une fille qu'il faut avouer complètement folle. Je sais que la schizophrénie ne peut pas être crée par la drogue mais qu'elle peut être déclencher prématurément (j'ai déjà ma soeur qui l'ai).
    Maintenant je pense que c'est due a 80 % à la fumette intensive et à 20% période de dxm abusif et la Md ET le bafa qui a déclenché le bordel.
    ça fait maintenant 2 ou 3 semaine (ça me parait des mois et des mois) qu'elle est en centre psychiatrique et elle n'a le droit qu'a la visite de ces parents.
    (dsl de raconter un peu ma vie mais bon cette amie la c'était comme ma jumelle, pas besoin de se parler pour se comprendre , une amitié fusionnelle c'est quand même rare on en a pas des tones !)
    "Non merci j'ai déjà une corde. Mais je veux bien le tabouret !"

  13. #13
    B_G
    B_G is offline
    Skilled Psychonaut B_G's Avatar
    Join Date
    2011 Dec
    Location
    héhéhé !!!
    Posts
    103

    Re: MDMA et schizophrènie

    Je suis désolé de lire ça. J'espère que ton amie va pouvoir recevoir des visites, ca peut faire du mieux de voir des visages connus au lieu de plein d'étranger... Et puis elle a pas changé de personnalité, dans le sens oui elle a changé, mais c'est la meme personne. Courage!
    Turn on, tune in, drop out

  14. #14
    Skilled Psychonaut CookiezSlayer's Avatar
    Join Date
    2011 Oct
    Location
    wut ?
    Posts
    387

    Re: MDMA et schizophrènie

    J'arrive pas a trouver l'info ailleurs, mais quand on a une personalité sujet a des troubles psychologiques, est ce innévitable ? ou peut on vivre avec un terrain sujet a schyzophrénie et ne jamais la dévelloper ?

  15. #15
    Skilled Psychonaut love'mind's Avatar
    Join Date
    2011 Apr
    Location
    Quelque pars par là. Non un petit peut plus a gauche . . .
    Posts
    661

    Re: MDMA et schizophrènie

    Quote Originally Posted by CookiesSlayer
    J'arrive pas a trouver l'info ailleurs, mais quand on a une personalité sujet a des troubles psychologiques, est ce innévitable ? ou peut on vivre avec un terrain sujet a schyzophrénie et ne jamais la dévelloper ?

    Je pense que oui mais dans se cas vaut mieux pas jouer avec son cerveau et éviter la drogue, je pense .
    "Non merci j'ai déjà une corde. Mais je veux bien le tabouret !"

  16. #16
    B_G
    B_G is offline
    Skilled Psychonaut B_G's Avatar
    Join Date
    2011 Dec
    Location
    héhéhé !!!
    Posts
    103

    Re: MDMA et schizophrènie

    Je plussoie le cube.
    Turn on, tune in, drop out

  17. #17
    Styloplume
    Guest

    Re: MDMA et schizophrènie

    On peut aussi faire une thérapie avant pour régler ses problèmes en amont. Une fois que c'est fait, tout va bien. Mais faut le faire, et ça peut prendre. des. années.

  18. #18
    Not For Human crew Supervixen's Avatar
    Join Date
    2009 Feb
    Location
    dans la base de données
    Posts
    4,707

    Re: MDMA et schizophrènie

    Quote Originally Posted by Tisalut
    Surtout que la MD est pas mal neurotoxique (au contraire de beaucoup de psychés), donc c'est théoriquement pire qu'avec le reste.
    Je ne pense pas que la neurotoxicité de la MDMA soit réellement en lien avec le déclenchement d'une maladie mentale. Les théories diffèrent, et la mienne (bien qu'intéressée par les neurosciences et confiante dans cette science) est que les maladies mentales sont... ben, mentales. Vraiment purement psychologiques. Bon, certes, y a les histoires de dopamine chez les schizophrènes et de noradrénaline chez les hyperactifs, et il me semble certain qu'il y a du vrai là-dedans, mais...plus pour les hyperactifs que pour les schizophrènes, déjà. La schizophrénie est une maladie aux formes tellement diverses que je la considère un peu comme la "pathologie dépotoir" où on jette tous les patients qui ne sont pas clairement paranoïaques ou maniaques... Bref, c'est vague, et bien qu'effectivement toute altération, même temporaire (prise de psychoactif) est à mon avis nocive dans ce cas, je n'irais pas jusqu'à dire que ce soit la cause, et encore moins juste parce que c'est "neurotoxique". Enfin, mon propos n'est pas du tout agressif Tisalut, j'essaie juste (en m'éparpillant un peu certes) de développer mon point de vue !

    Quote Originally Posted by love'mind
    Je vous explique peu la situation, un amie très très proche est devenue ce que je pense (et j'en mettrais ma main a couper) schizophrène. Elle abuse de la fumette et a auparavant à bien griller son cerveau avec le dxm. Elle a pris de la Md une fois et 1 semaine après elle est partie en bafa quand elle est revenue . . . Mon amie avait disparut pour laisser place a une fille qu'il faut avouer complètement folle.(...)
    Maintenant je pense que c'est due a 80 % à la fumette intensive et à 20% période de dxm abusif et la Md ET le bafa qui a déclenché le bordel.
    Désolée pour ton amie proche, j'espère qu'elle va se "remettre" et que tu pourras retrouver la personne à qui tu tiens tant... Est-ce que tu sais de source sûre que c'est de la schizophrénie ? Tu as réussi à avoir des nouvelles ou bien c'est une conclusion que tu as tirée de toi-même, et si oui, pour quelles raisons ? Excuse-moi d'insister et ne répond pas si ça t'es trop pénible, mais je pense que c'est important que tu saches réellement de quoi elle est atteinte, afin de savoir un peu à quoi t'attendre, connaitre les chances et délais de "guérison" (ou au moins nette amélioration)...

    En tout cas, comme je l'ai dis plus haut, je ne pense pas que ce soit forcément les substances qui aient déclenché ça... tu parles de bafa, c'est peut-être une autre piste (mais difficile à exploiter pour nous qui ne la connaissons pas !).
    Je te souhaite bon courage et à elle, un prompt rétablissement...
    5tr4t0 likes this.
    "I've always considered writing the most hateful kind of work. I suspect it's a bit like fucking, which is only fun for amateurs. Old whores don't do much giggling." (H.S. Thompson)

  19. #19
    Skilled Psychonaut love'mind's Avatar
    Join Date
    2011 Apr
    Location
    Quelque pars par là. Non un petit peut plus a gauche . . .
    Posts
    661

    Re: MDMA et schizophrénie

    J'ai très peu de nouvelle, je sais juste qu'au bout de deux semaine elle avais eu droit au visite (uniquement de la famille) , et la semaine d'après elle était retourné en isolement (ce qui ne me semble pas être bon signe).
    Je suis d’accord avec toi supervixen , la schizophrénie est un terme dépotoir pour les malades dont on ne sais pas exactement de quoi ils souffrent . Je ne sais pas ce que les psychiatres disent sur son cas mais je pense très fortement à de la schizophrénie : déjà parce que c'est un terme vague et très large pour les "symptôme" , et puis la dernière fois que je l'ai vue elle délirais totalement, tout partais dans tout les sens, tout était incohérent, elle était persoidé qu'on jouais tous un rôle mais qu'on le faisait pour son bien (une bonne chose qu'elle est confiance en nous !) , même les gens dans la rue qu'elle n'avait jamais vue auparavant elle était persoidé qu'eux aussi faisait partie du "test", elle déplaçais des objets et après devenais très agressive en demandant qui a déplacer ces affaires puis elle redevenais d'un coup douce et mielleuse (je t'aiiiime fort) . Ce n'était pas celle que je connaissais et que j'adorais c'était une autre personne , incohérente et je doit l’admettre complètement folle (elle c'est baladée dans gare du nord (j'était avec elle) en agitant un petit calendrier et en hurlant "gros kiki poilue !!!" à la recherche du groupe qu'elle avais réunie (enfin dans son délire) ). Enfin vous voyez le tableau à peu prés. Cette fille la c'était vraiment comme ma soeur jumelle, pas besoin de parler pour ce comprendre, et la je comprenais rien à ce qu'elle me racontais . . . M'enfin on peu rien y faire c'est douloureux mais on s'y fait .
    "Non merci j'ai déjà une corde. Mais je veux bien le tabouret !"

  20. #20
    Animal anesthésié wombat's Avatar
    Join Date
    2011 Dec
    Posts
    1,093

    Re: MDMA et schizophrénie

    aïe, mais qu'est-ce que la folie ? Les fous sont-ils fous ?
    Enfin j'espère que ton ton amie va mieux et qu'elle n'est pas devenu addict aux drogues légales...
    La liberté de choisir est un magnifique concept, jusqu'au jour où l'on se retrouve emprisonnés par les conséquences de nos choix.
    Syndrome du cancre chronique
    .


  21. #21
    Illuminé confus Acidbuzz's Avatar
    Join Date
    2010 Oct
    Location
    No man's land
    Posts
    1,286

    Re : MDMA et schizophrénie

    La folie morbide (cannibalisme ou autre) est quand même troublante Et certains folies sont liées à des déséquilibres hormonaux ou de neurotransmetteurs (purement biologique ou en grande partie donc), à la génétique ou, nouvelle piste récente, une infection bactérienne dans le cerveau qui dérèglerait la chimie interne (bactéries qui auraient passé la barrière encéphalique pendant la grossesse, merci Sciences&Vie).

    Personnellement, j'ai souvent pensé que les psychoses non biologiques sont simplement des états de conscience modifiés et non maîtrisés, dont on a peur et sur lesquels on réagit mal. Nous, psychonauts, on se met dans des états du même type, mais en sachant (normalement) à quoi s'attendre, donc on se l'approprie en quelque sorte même si des fois, le set moisi fait basculer le trip en bad trip voire l'horreur pour certains. Avec un impact type schizoïdie post-trip. Dans ces cas-là il faut refaire le trip pour s'en sortir et effacer autant que faire se peut le traumatisme (merci Styloplume/Grof pour l'info). Clairement, la camisole chimique occidentale est une approche à laquelle je n'adhère pas. L'approche de l'anti-psychiatrie est plus intéressante (pas d'asile, pas de médicaments). J'ai lu un bouquin là-dessus, une schizophrène qui a guérit en régressant totalement pour renaître (tiens ?! ça rappelle le LSD), elle est de nouveau "normale" maintenant. Un courant qui s'est +/- éteind et apparu dans les années 60. Plus dinfos pour ceux que ça intéresse : Antipsychiatrie - Wikipédia
    Stonix and dogrulez like this.
    Celui qui se fait bête se débarrasse de la douleur d'être un homme.

  22. #22
    Plugayrator GuyGeorge's Avatar
    Join Date
    2008 Apr
    Posts
    3,564

    Re : MDMA et schizophrénie

    Clairement, la camisole chimique occidentale est une approche à laquelle je n'adhère pas.
    Juste pour mettre mon grin de sel^^ Avant les antispychotiques la psychiatrie était encore plus hardcore, ces médicaments ont quand même permis a des milliers de personne d'avoir une vie a peu près vivable. Il est bon de rappeler qu'on est pas tous des psychonautes dans l'âme, et que d'être en permanence en état de badtrip ça doit faire réfléchir... C'est là que ton tertian tu dois le savourer avec délectation. Mais ouais je suis d'accord avec toi, il faut pas s'arrêter a la camisole chimique, trouver d'autres techniques ou médicaments pour vraiment résoudre ces troubles et pas juste les mettre en stand-by!
    5tr4t0 likes this.
    "Meditation may affect numerous brain systems and may reverse, repair, or compensate for the neuroadaptive changes associated with addiction and addictive-behavior relapse."

  23. #23
    Illuminé confus Acidbuzz's Avatar
    Join Date
    2010 Oct
    Location
    No man's land
    Posts
    1,286

    Re : MDMA et schizophrénie

    Oui, oui, j'accusais juste un système qui met en stand-by mais qui ne guérit pas. Je n'adhère pas, mais j'admet sa pertinence/existence. Ça doit soulager beaucoup de gens (et inversement la société elle-même), je le conçois. Heureusement que l'on a trouvé les neuroleptiques et autres anti-psychotiques ... Mais quand tu vois les combos qu'ils font avaler et les effets secondaires que ça provoque, il est clair qu'il faut trouver autre chose, même si ça s'est amélioré avec le temps, les médicaments étant plus ciblés.

    Il faut pas tout renier en bloc non plus. Mais si j'étais schizophrène, je demanderais qu'on me laisse renaître, bordel
    Celui qui se fait bête se débarrasse de la douleur d'être un homme.

  24. #24
    Skilled Psychonaut love'mind's Avatar
    Join Date
    2011 Apr
    Location
    Quelque pars par là. Non un petit peut plus a gauche . . .
    Posts
    661

    Re: MDMA et schizophrénie

    Pour ce que ça interreserais , mon amie vas beaucoup mieux =). A parement son médecin à déclarer qu'elle à vécus un trouble psychotique aiguë et le fait que se soit aiguë serais très rassurant car synonyme d'intense mais court et que ça ne vas pas persister . La elle est sous neuroleptique anti délirant pendant encore un ans et ça devrais être bon. J'ai retrouvée mon amie, la vrais l'unique
    Acidbuzz and Stonix like this.
    "Non merci j'ai déjà une corde. Mais je veux bien le tabouret !"

  25. #25
    Animal anesthésié wombat's Avatar
    Join Date
    2011 Dec
    Posts
    1,093

    Re: MDMA et schizophrénie

    What ? J'ai pas tout compris.

    En gros si t'es schizophrène ou que tu as une autre quelconque forme de psychose, tu peux refaire ton trip jusqu'à pouvoir renaître et donc redevenir "normal" ?
    Dizoulay, j'suis un peu en manque de sommeil ces jours-ci..

    Et je suis aussi contre ce système qui utilise la facilité mais bon, connaissant quelqu'un qui travaille dans le domaine de la psychiatrie spécialisé addictologie, je comprend parfois la nécessité de ces foutus médocs.


    Edit/ Heureuse pour ton amie love'mind
    Last edited by wombat; 14th August 2012 at 11:35.
    La liberté de choisir est un magnifique concept, jusqu'au jour où l'on se retrouve emprisonnés par les conséquences de nos choix.
    Syndrome du cancre chronique
    .


  26. #26
    Illuminé confus Acidbuzz's Avatar
    Join Date
    2010 Oct
    Location
    No man's land
    Posts
    1,286

    Re : MDMA et schizophrénie

    Pour la renaissance, je parlais juste de la schizophrénie et du bouquin que j'ai lu (faut que je retrouve la référence). La régression ne se fait pas du jour au lendemain et il faut du personnel habitué à avoir un adulte bébé qui se fait dessus en se recroquevillant et qui parle de façon incompréhensible (vers la fin de la régression) ... mais c'est l'idée oui. Au moins une de l'anti-psychiatrie. Je ne pense pas que les autres psychoses peuvent être gérées de la même façon.

    Mais l'idée au global est d'accompagner le "malade" dans son problème/trip. Imagine que tu es en consultation et tu dis au médecin que tu vois des choses, si il te dit qu'il les voit aussi, comment vas-tu le prendre ? Tu vas te dire "c'est normal en fait" et potentiellement, ça va arrêter ton délire. Mais toujours dans le long terme, sinon on ferait ça automatiquement. Aussi, c'est le malade qui est responsable de son problème, il demande le soutien qu'il souhaite quand il le veut, et vit dans un lieu qui a du sens pour lui et la communauté de "malades", pas dans une chambre aseptisée et impersonnelle. Il participe au lieu à défaut de le subir.

    Je me base simplement sur mes souvenirs de lecture (ça fait un bail), peut être avons-nous ici un psychonaut calé sur ce sujet (Stylo ?) Il y a toujours les paramètres biologiques qui sont difficiles à gérer ... si c'est génétique, pas facile de soigner :/

    Accepter sa folie c'est se retrouver soi-même.
    Celui qui se fait bête se débarrasse de la douleur d'être un homme.

  27. #27
    Wishful Psychonaut
    Join Date
    2012 Nov
    Posts
    25

    Re: MDMA et schizophrénie

    Je pense également que la prise de produit n'entraine pas à elle-seule un trouble d'ordre psychiatrique, telle que la schizophrénie. En revanche, effectivement, elle peut déclencher la maladie dès lors que la personne est vulnérable, qu'elle a une tendance psychatrique, on parle alors de décompensation. Celle-ci peut intervenir après une seule prise. Il est cependant difficile de distinguer ce qui relève d'un trouble psychiatrique déclenché par la prise d'un produit, d'un trouble psychiatrique déjà présent ; car en effet, il y a des troubles psychiatriques qui favoriseraient la prise de produit, et des troubles qui seraient la conséquence de prise de produit. Entre les deux, une personne peut avoir un trouble psychiatrique qui n'a aucune relation avec la prise de produit, mais comment le savoir. A noter que les scientifiques ne sont pas tous d'accord sur ce déclenchement d'un trouble suite à une prise de produit, phénomène rare et difficile à évaluer. En tout cas, il est difficile de savoir si on est une personne vulnérable ; il y a bien sûr les antécédents familiaux, les antécédents personnels, mais on ne peut pas vraiment connaître notre vulnérabilité à la maladie, parce qu'il ne s'agit pas toujours de personnalité. Ce qui est à la mode en ce moment, c'est le diagnostic d'une pré-morbidité, qui a failli avoir une case spéciale dans le DSM 5 ; mais soyons clair, cela n'est que foutaise.
    De plus, on sait que l'usage répété, sur le long terme de substances psychoactives peut entrainer des troubles, sans forcément parler de maladie.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts
  •